Conférences

Pour agrandir, cliquez sur l’image correspondante.

Conférence 2008 - Enfances violées, sujet tabou
Conférence 2009 - Agresseurs sexuels - Approche psychopathologique et prise en charge
Conférence 2010 - Enfants et ado victimes de violences et d'abus sexuels : conséquences à court et long terme
Conférence 2011 - Protection de l'enfance : droits des enfants, devoirs des adultes par Jean-Pierre Rosenczveig, magistrat, pdt du tribunal pour enfants de Bobigny
Conférence 2013 : L'inceste dans les familles en France par Dorothée Dussy, anthropologue, chargée de recherche au CNRS
Conférence 2015 : l'enfant interdit ; comment la pédophilie est devenue scandaleuse par Pierre Verdrager, sociologue
dvd laurie Boussaguet

Enfances violées, sujet tabou, Approche historique de la pédophilie

Par  Anne-Claude Ambroise-Rendu

« Aujourd’hui largement éclairée par les feux des médias, la pédophilie n’est pas née au cours des vingt dernières années. Cette activité criminelle, que le Code pénal de 1810 définit sans la nommer explicitement, a une histoire, longue, secrète et sombre. Cette conférence se propose d’explorer les circonstances dans lesquelles la réalité des abus sexuels commis sur les enfants a été progressivement et lentement prise en compte dans les différentes sphères de la société française. »

Anne-Claude Ambroise-Rendu décline en ce sens le rôle de trois acteurs principaux : la magistrature, la médecine et les médias.

Agresseurs sexuels, approche psychopathologique et prise en charge 

Par Walter Albardier, psychiatre,

22% des condamnés incarcérés le sont pour des faits à caractère sexuel. La prévention des récidives délinquantes ou criminelles est devenue une préoccupation sociale majeure. Walter Albardier intervient en milieu carcéral, notamment dans le cadre de l’injonction de soins devenue quasi systématique pour les auteurs d’infractions à caractère sexuel depuis la loi du 17/06/1998.

Après avoir précisé que les auteurs d’agressions sexuelles ne représentent pas une catégorie psychiatrique particulière, il présente des données épidémiologiques sur les agresseurs puis délimite les facteurs de risque qui, dans certaines circonstances, favorisent le passage à l’acte (histoire personnelle infantile lourde, perversion précoce profonde et durable du lien à l’autre, carences affectives et/ou éducationnelles). Enfin, il précise quels sont les outils du psychiatre pour l’accompagnement et les soins, l’objectif étant bien de mettre en balance les facteurs de risque avec des éléments de protection, en termes d’adaptation sociale et de développement personnel.

Enfants et adolescents victimes de violences et d’abus sexuels : conséquences à court et à long terme.

Par Pierre Lassus, psychothérapeute.

La parentalité est au centre des propos de Pierre Lassus qui démontre que les maltraitances, dont les plus abouties sont les violences sexuelles, constituent un problème de société majeur, relativement dénié en raison d’un système de civilisation qui privilégie encore la protection des parents par rapport à celle des enfants.

Sans une approche clinique objective de la parentalité, Pierre Lassus pense que la prévention des maltraitances et les soins aux victimes restent très difficiles. Il insiste sur la gravité des traumatismes générés par les agressions sexuelles, surtout chez les enfants, par destruction de leur process de construction psychique.

Il interroge la fonction de parents en l’opposant à l’état de géniteurs, définit et illustre le concept de « parents suffisamment bons », qui contrairement à ce que la société laisse penser n’est pas naturel.

Protection de l’enfance : droits des enfants, devoirs des adultes

Par Jean-Pierre Rosenczveig, magistrat, Président du Tribunal pour enfants de Bobigny

Jean-Pierre Rosenczveig développe avec clarté et conviction le thème de la prise en compte institutionnelle et notamment judiciaire des maltraitances à enfants en distinguant deux périodes et en rappelant l’évolution des lois sur ce sujet. Avant les années 1980, l’enfant est objet de protection, considération induite par une vision utilitariste historique, les parents ont donc un « pouvoir sur ». Après les années 80, la dynamique de la convention internationale des droits de l’enfant fait de l’enfant un sujet de droit, acteur de sa propre protection, que l’on doit écouter, respecter en tant que personne. Le conférencier analyse avec pertinence les impacts positifs mais fragiles de ce droit fondamental sur les structures en charge de répondre aux réalités, à la diversité, à la complexité des maltraitances à enfants. Il indique avec de nombreux exemples comment l’autorité parentale ainsi visée doit s’articuler avec ce statut récent de l’enfant, au service de sa protection. Il attire également notre attention sur l’évolution actuelle plus sécuritaire de la protection de l’enfance susceptible de casser la dynamique en cours et il élargit le débat autour des thèmes de la parentalité, de la filiation.

L’inceste en France.

Par Dorothée Dussy, Anthropologue, chargée de recherche au CNRS :

L’exposé sur les situations d’inceste dans les familles proposé par Dorothée Dussy s’appuie sur un rigoureux travail d’enquêtes en France et au Québec, notamment auprès d’adultes anciennes victimes, et d’incesteurs en prison. Après un tour d’horizon des définitions de l’inceste selon ses différents champs d’usage, elle retient « l’abus sexuel sur un mineur de la famille » pour développer à ce sujet un chapitre relatif aux données statistiques : les recherches fiables dans les sociétés occidentales montrent que 5 à 6% de la population est ou a été confrontée à une situation d’inceste, qu’il s’agit majoritairement de filles de 10 ans ou moins agressées par un homme de l’entourage familial et que l’inceste traverse toutes les conditions sociales.

Ce phénomène social, malgré son interdit théorique, révèle donc une forme de banalité de l’inceste que l’on retrouve dans les caractéristiques des incesteurs, dont la chercheuse met en évidence « la grammaire du silence et de la domination séductrice » et l’incapacité à se reconnaître comme des violeurs. Un système familial incestueux est à l’œuvre, avec des configurations transmises d’une génération à l’autre. C’est pourquoi Dorothée Dussy conclut sur la seule piste possible pour enrayer ces systèmes incesteux : faire circuler la parole dans les familles, enjeu de taille au vu des conséquences de l’inceste sur les victimes, volet également abordé par la conférencière.

L’enfant interdit.

Par Pierre Verdrager, Sociologue :

Le DVD est en cours de réalisation.

Dans l’attente, les éléments du contenu de cette conférence sont  consultables sur la page BASE DOCUMENTAIRE (résumé du livre du conférencier).

Quand la pédophilie devient un problème public et politique.

Par Laurie Boussaguet, docteure en science politique

Laurie Boussaguet nous aide à comprendre l’émergence de la pédophilie comme problème public à la fin du 20e siècle. Elle développe en les illustrant de références et d’exemples deux axes de réflexion qu’ il faut combiner : les facteurs de court terme (en particulier les grandes affaires qui ont marqué les opinions publiques dans les années 90) et de long terme (avec la définition progressive de l’enfance comme objet d’action publique portée par un vaste mouvement international) sans oublier le rôle des acteurs : militantes féministes, spécialistes de la petite enfance, familles de victimes et professionnels prenant en charge le problème des abus sexuels sur mineurs.

Les DVD des conférences sont mis à disposition du public notamment dans les médiathèques corréziennes. Ils peuvent également être commandés auprès de l’association ETINCELLES moyennant une participation aux frais de duplication et d’envoi.